Business du graffiti



L’art du graffiti lorsque bien utilisé peu donner des résultats incroyables allant même à offrir un côté artistique hors du commun. On n’a qu’à penser aux nombreuses murailles que l’on retrouve sur différents immeubles de la ville de Montréal et ville de Québec. Celles situées sur le boulevard Charest sous le viaduc de l’autoroute Dufferin-Montmorency qu’on ne peut passer sous silence.

Business du graffiti, colonne 1 Business du graffiti, colonne 2
Business du graffiti, colonne 3 Business du graffiti, colonne 4

Business du graffiti laidVous serez d’accord avec moi, lorsque le chaos s’installe on perd tout intérêt. C’est ici le cas des nombreux graffitis illisibles à ressemblance d’une merde plutôt que d’une signature. Faut-il qu’en plus ceux-ci s’empilent les uns par-dessus les autres tel un chien qui pisse sur le même poteau que son prédécesseur question de marquer son territoire.

Pour combattre ce fléau de plus en plus envahissant dans la ville de Montréal, le maire Tremblay a décidé de faire disparaître ces graffitis à coût de millions, soit 6,1 millions. L’équivalent de treize (13) autobus neufs de la STM. Une somme tellement importante qu’elle vient supporter un nouveau créneau du « Business du graffiti ».

Lorsqu’on voit de telles sommes d’argent investies dans le combat de graffitis et que la seule arme de dissuasion est une amende ridicule de 1000 $ pour ces contrevenants, il a de quoi à bouffé de rire. On devrait augmenter cette amende à 1000 $ par graffiti et offrir une brosse à dents et un gallon de savon à ces graffiteurs illégaux afin qu’eux-mêmes nettoient leur merde.

Qui sait, l’exercice rigoureux permettra une plus grande sensibilisation chez ces graffiteurs illégaux avant de poser leur geste!?

3 réflexions au sujet de « Business du graffiti »

  1. olivier

    faut il que l´expression ressemble a un tableau du louvre pour
    ne pas etre consideré comme une merde et avoir sa place quelque part??
    et traite t´on les publicitaire de la meme facon? pour ma part
    ils pourisse beaucoup plus mon environement que les tag et graffiti .

    Répondre
  2. Pluma d'Or Auteur de l’article

    @Oliver, je crois que t’as retenu se que tu voulais bien retenir! 😉
    Personne ne s’attent à voir une expression au allure d’un tableau du louvre
    sur un mur (a bien y penser, sa serait originale!). Par contre, dit moi où est
    l’art du tag lorsque ceux-ci s’empilent les uns par-dessus les autres?

    Rendu là moi j’appel ça de la MERDE visuelle!

    Répondre
  3. pluma d'or la baltringue

    salut pluma d’or, les propos que tu as utilisés me contrarient fortement, je ne pense pas que tu as bien compris ce qu’est l’art. Le graffiti est une forme d’art très travaillé. Je pense que si c’étais légal tu ne tiendrais pas de tels propos.Je me ferais d’ailleur un malin plaisir à couvrir ta maison de cette « merde » si je connaissais ton adresse. On peut ne pas apprécier le graffiti sans le critiquer aussi radicalement, tu peux ne pas aimer sans le déteriorer comme cela. d’ailleurs que ça te plaise ou non le graffiti restera de l’art.

    Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

*